L'Etat dans tous ses états - Page 4

  • Oui à la loi cadre pour des transactions électroniques sécurisées (eID)

    Aucune controverse ne remet en question le besoin fondamental d’encadrer le développement des services numériques en Suisse. Actuellement, chaque fournisseur de prestation en ligne, que ce soient les cantons ou les communes via les e-Démarches, ou les organismes privés comme les magasins ou les banques, assure la sécurité des internautes avec son propre système d’identification, sans supervision, contrôle ou vérification. Cette situation n’est pas satisfaisante. Elle est une limitation pour le développement des services numériques auprès de la population. 

    Texte initialement publié sur affranchi.ch 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Gouvernance 0 commentaire
  • Crise COVID: évolution du tissu économique et transitions professionnelles!

    La crise sanitaire que le monde traverse depuis début 2020 se double malheureusement d’une crise économique importante. A Genève, le chômage a augmenté de 37% en septembre et en octobre par rapport à la même période en 2019 (source : OCSTAT).

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • L'accès au SSEJ est-il réservé à une élite?

    Le 19 mai 2018 est entrée en vigueur la loi sur l’enfance et la jeunesse (LEJ ; J 6 01). Malheureusement, quelques mois après son entrée en vigueur, la sonnette d’alarme est tirée par des institutions privées prenant en charge des enfants hors cadre, leur permettant de poursuivre une scolarité grâce à un accompagnement spécifique, souvent sur recommandation du DIP.

    Une des conséquences de cette loi est une perte d’accès au SSEJ pour ces institutions scolaires. Malheureusement, les compétences du SSEJ ne trouvent pas d’équivalent dans le privé et la loi n’atteint ainsi plus son objectif de promouvoir la santé pour tous les enfants du canton.

    Dans le passé, le SSEJ pouvait être sollicité pour une prise en charge ou un soutien. Actuellement, les écoles impactées doivent mandater des soignants privés pour la prise en charge et le suivi de ces cas. Elles n'ont plus accès aux ressources spécialisées de l'Etat. Selon les profils des écoles, les situations des enfants peuvent être relativement complexes et, malgré leur qualité, les médecins de ville ne sont pas en mesure de proposer la prise en charge nécessaire.

    Les élèves qui ne trouvent malheureusement pas leur place dans le système public sont également exclus des programmes de prévention. Ceci ne peut perdurer! 

    Lien permanent Catégories : Enseignement, Genève 1 commentaire