Un Oui libéral à la loi sur le CO2

Un oui à la loi sur le CO2 est un oui à une protection efficace du climat, un signal donné au reste du monde montrant que nous prenons les changements climatiques au sérieux et que nous faisons notre part pour tenter de les limiter. Il s’agit également d’un oui à une protection du climat misant sur l’incitation et l’innovation.

Les opposants à la loi sur le CO2 ne manquent aucune occasion de brandir des arguments concernant le coûts de ce projet pour la population. Il serait judicieux de donner une nouvelle perspective sur ces coûts permettant de relativiser les exemples alarmistes et tendancieux présentés par certains.

Nous dépensons actuellement 8 milliards de francs pour importer des énergies fossiles, entre autres, depuis le Nigeria, le Kazakhstan ou la Libye. Ces montants profitent à un cercle très restreint d’entités suisses actives dans l’importation de pétrole et d’essence, parangons des opposants à cette nouvelle loi. Quels seraient les effets sur l’innovation si 8 milliards de francs étaient dépensés en Suisse, pour la production des énergies renouvelables ? A quels avantages compétitifs la Suisse pourrait-elle prétendre dans une décennie ?

La responsabilité individuelle, si chère aux libéraux-radicaux, est au cœur de la loi. Au sens libéral, elle signifie que chacun est conscient des conséquences de ses actions et les assume. La nouvelle loi sur le CO2, que le PLR a d’ailleurs largement contribué à façonner au parlement, repose précisément sur ce principe. Nous devons être conscients de notre responsabilité individuelle sur l’environnement et l’assumer. Nos actions ont des conséquences pour les générations futures.

La nouvelle loi répond à ce manquement en élargissant le principe du pollueur-payeur à de nombreux domaines. Les individus qui produisent une quantité de CO2 supérieure à la moyenne paient plus. Les propriétaires de maisons qui utilisent moins de mazout ou qui se chauffent avec des énergies renouvelables au lieu du pétrole et du gaz, en profiteront. Cet élément central de la loi est très libéral. Personne n'est limité dans son comportement, mais chacun assume ses décisions en regard de son impact environnemental.

Enfin, la loi sur le CO2 renforce l'innovation dans le domaine de la protection du climat. Plus de la moitié des recettes des nouvelles taxes incitatives dans le trafic aérien seront directement réinvesties dans l’innovation devant mener à réduire drastiquement la quantité de CO2 produite par l’industrie aéronautique. Un soutien ciblé sera également accordé à de nouveaux domaines tels que la planification et le financement de réseaux de chauffage urbain, qui apportent une contribution importante à la décarbonisation du secteur du chauffage, ou le développement de stations de recharge pour voitures électriques, qui constituent un levier central pour l'électrification rapide de la mobilité.

Il est temps de prendre nos responsabilités pour que nos enfants et nos petits-enfants puissent continuer à vivre dans de bonnes conditions en Suisse. Avec la loi sur le CO2, nous pouvons maintenant apporter notre contribution à la protection du climat tout en permettant à notre pays d’aller de l’avant et de devenir une référence pour l’innovation dans ce domaine.

Saisissons maintenant cette opportunité !

Lien permanent Catégories : Développement durable 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.