L'accès au SSEJ est-il réservé à une élite?

Le 19 mai 2018 est entrée en vigueur la loi sur l’enfance et la jeunesse (LEJ ; J 6 01). Malheureusement, quelques mois après son entrée en vigueur, la sonnette d’alarme est tirée par des institutions privées prenant en charge des enfants hors cadre, leur permettant de poursuivre une scolarité grâce à un accompagnement spécifique, souvent sur recommandation du DIP.

Une des conséquences de cette loi est une perte d’accès au SSEJ pour ces institutions scolaires. Malheureusement, les compétences du SSEJ ne trouvent pas d’équivalent dans le privé et la loi n’atteint ainsi plus son objectif de promouvoir la santé pour tous les enfants du canton.

Dans le passé, le SSEJ pouvait être sollicité pour une prise en charge ou un soutien. Actuellement, les écoles impactées doivent mandater des soignants privés pour la prise en charge et le suivi de ces cas. Elles n'ont plus accès aux ressources spécialisées de l'Etat. Selon les profils des écoles, les situations des enfants peuvent être relativement complexes et, malgré leur qualité, les médecins de ville ne sont pas en mesure de proposer la prise en charge nécessaire.

Les élèves qui ne trouvent malheureusement pas leur place dans le système public sont également exclus des programmes de prévention. Ceci ne peut perdurer! 

Lien permanent Catégories : Enseignement, Genève 1 commentaire

Commentaires

  • Et ce n'est que le début. Car l'Etat ne dispose déjà plus des ressources nécessaires à son entretien.
    La faut à qui ?
    D'abord à l'Etat qui est devenu fat et qui n'est plus même capable d'assurer ses tâches régaliennes.
    Ensuite aux services, comme celui de la protection de la jeunesse dont les dérives ne sont plus à énumérer tant elles défraient la chronique.
    Enfin au politique en général, toutes familles confondues, qui contribue à la dégénérescence de nos sociétés en validant les règles d'un marché libre et concurrentiel qui consacre le capitalisme financier et le creusement de l'écart entre les quelques nantis qui tirent les ficelles et le reste qui rame pour les servir.
    Honte à vous, politicards de tous bords. Vous êtes devenus illisibles.

Les commentaires sont fermés.